Au ralenti, il y avait faute !

Qui n’a jamais entendu cette phrase, prononcée comme la sentence définitive d’un juge dans un tribunal, dans la bouche d’un commentateur de football ?

Cette maxime, répétée inlassablement par tous les commentateurs et consultants, donne du grain à moudre dans le débat « faut-il faire appel à l’assistance vidéo dans les cas litigieux ? »

À titre personnel, je suis opposé au recours à la vidéo dans le football. Pour plusieurs raisons.

La première, c’est que le football est un jeu de mouvements, dynamique, rapide et qui doit rester fluide. On se base souvent sur le rugby ou même le football américain (pour les amateurs de sports US) pour affirmer que le recours à la vidéo est inévitable si on veut voir le football continuer à progresser. Sauf qu’on oublie très vite que l’appel à la vidéo se fait uniquement sur des phases où le jeu a déjà été arrêté.

Alors, but ou pas but ?

Revenons quelques mois en arrière, lors du quart de finale de la Coupe du Monde 2010 entre l’Angleterre et l’Allemagne (score final 1-4). Au milieu de la 1ère période, le milieu anglais Frank Lampard tire, son ballon heurte la barre transversale, rebondit derrière la ligne et ressort du but. En toute logique, le but aurait dû être validé, mais l’arbitre a cru que le ballon était sur la ligne. Derrière, la National Mannschaft part en contre-attaque.
En admettant que l’Allemagne, sur la contre-attaque, marque un but.

Question : à quel moment doit-on interrompre le jeu pour vérifier que le ballon a franchi la ligne ?
– Lorsque le ballon sort des limites du terrain (touche, coup de pied de coin, coup de pied de dégagement, but adverse) ou lorsque l’arbitre interromp le jeu pour une faute ? Si le but est valable, on repart du milieu de terrain, tout en sachant que le jeu s’est poursuivi ? Si l’équipe adverse a marqué, doit-on annuler un but pourtant parfaitement valable ?
– Dès que l’arbitre a un doute, interrompant ainsi l’action adverse ? Dans le cas où le ballon ne serait pas rentré, comment justifier cet arrêt de jeu auprès de l’adversaire ?

La seconde raison qui fait que je n’approuve pas la solution vidéo, c’est que le football est un jeu de l’instant. Je m’explique. Lorsque l’arbitre prend une décision, bonne ou mauvaise, il le fait pour une raison qu’il pense juste. Une faute, un hors-jeu, un ballon sorti du terrain, etc. Les supporters râlent ou se félicitent, selon que la décision est en faveur de leur équipe ou non. Mais l’homme en noir va prendre, en fonction de la situation à laquelle il est confronté, de sa position par rapport à cette action, la décision qu’il va penser la plus juste. De temps en temps, les décisions ne sont pas les bonnes, mais cela fait partie du jeu. Dans le rugby aussi, des décisions sont prises qui prêtent à polémique, et personne n’en fait tout un fromage. Récemment, l’Aviron Bayonnais s’est vu annuler un essai valable pour un début d’échauffourée qui a débuté en dehors de l’action de jeu.

Il serait également intelligent de la part des commentateurs de football de cesser de réarbitrer toutes les actions de jeu à la faveur d’un sacro-saint ralenti, que chacun va interpréter selon ses penchants pour l’une ou l’autre des équipes, et qui va nous montrer un événement différent selon l’angle dans lequel est filmée l’action. Mais de toute évidence, pour bien vendre son produit (la Ligue 1 en l’occurrence), il est de bon ton de dénigrer chacune des décisions arbitrales, même quand l’homme en noir a pris la bonne décision. Sans oublier que l’arbitre ne dispose pas des fameux ralentis.

La troisième raison, c’est qu’il y aurait très rapidement des débordements. Dans quels cas utiliser la vidéo ? Pour valider ou annuler un hors-jeu ? Pour vérifier que le ballon a bien franchi la ligne ? Et puis rapidement, on va déborder sur les fautes dans la surface, les simulations et au final, on va se retrouver avec chacune des actions qui sera arbitrée à l’aide du ralenti, aimablement fourni par le diffuseur… et qui laissera à l’arbitre les plans qu’il voudra bien lui montrer, influençant ainsi les décisions.

À titre personnel, avant d’en arriver à la solution vidéo, il y a d’autres expérimentations à tenter. Donner plus de pouvoir aux arbitres de surface, par exemple, en les munissant d’un sifflet et en les habilitant à accorder un pénalty ou un coup franc. Tenter un arbitrage à 2 arbitres de champ, un dans chaque moitié de terrain, ce qui permettrait de rapprocher l’arbitre de la zone de jeu.

Ce ne sont que des idées parmi tant d’autres et je ne prétends en aucun cas avoir LA solution. Mais je ne pense pas que la vidéo rendra service aux arbitres.

Et puis, sans les erreurs d’arbitrage, comment joueurs, supporters et entraîneurs justifieront-ils les mauvais résultats de leur équipe ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s