Pourquoi Carlos Henrique ne doit pas être suspendu

Une fois n’est pas coutume, voici un article partisan.

Le 8 janvier dernier, le FC Girondins de Bordeaux se déplace au stade Geoffroy Guichard pour y affronter l ‘AS Saint Etienne en 32ème de finale de Coupe de France.

Lors des prolongations, le défenseur du FCGB Carlos Henrique prend un coup de coude volontaire de la part de Florent Sinama-Pongolle. L’arbitre ne le voit pas, son assistant non plus, et le Stéphanois s’en sort sans sanction.

Le match arrive aux tirs aux buts et Henrique offre la qualification aux Marine et Blanc. Il chambre les supporters adverses puis retourne au pas de course vers les vestiaires pour s’expliquer avec Sinama-Pongolle.

Et là, aucune image ne permet de savoir ce qu’il s’est passé. Seul le rapport de l’arbitre et les protagonistes détiennent la vérité sur ces actions.

Cependant, Henrique a affirmé n’avoir que poussé dans le dos l’attaquant Stéphanois et ne lui avoir porté aucun coup. Le silence de Sinama-Pongolle pourrait corroborer cette version des faits, puisqu’il ne conteste pas la version du Brésilien.

Mais pourquoi Henrique ne doit pas être suspendu ?

À cause de ce que j’appellerai la « jurisprudence Landreau ». En octobre dernier, Mickaël Landreau loupe une sortie aérienne et vient percuter Fahid Ben Khalfallah avec sa hanche, laissant le milieu Girondin groggy.

L’arbitre ne l’exclut pas, ce qui aurait pourtant été la bonne décision à prendre (il nuit à l’intégrité physique du joueur) et les grands penseurs du football, Pierre Ménès en tête, s’insurgent contre la suspension possible du joueur, argumentant qu’un carton rouge aurait suspendu le gardien Lillois pour un match face à Evian-Thonon-Gaillard, alors que le passage en commission de discipline le suspendrait pour un match face à Lyon.

Outre le fait que cela constitue un flagrant manque de respect pour l’équipe Savoyarde, cela remet surtout en cause et l’utilité de la Commission de Discipline et son impartialité.

Et si la suspension d’un joueur est annulée parce que le nombre de matches de suspension que risque le joueur vient d’être dépassé, Carlos Henrique ne doit pas être suspendu.

En se basant sur une sanction de 4 matches, entendue et lue dans plusieurs journaux et magazines spécialisés, Carlos Henrique ne peut pas être suspendu.

Son passage devant la Commission de Discipline, initialement prévu le 2 février, a été décalé au 9, soit jeudi prochain.

Depuis le match face à Saint-Etienne, Bordeaux a joué Valenciennes, Créteil, Evian-Thonon-Gaillard, Toulouse et aura affronté Lyon en 8ème de finale de Coupe de France. Ce qui fait donc 5 matches.

Si la Commission de Discipline est vraiment impartiale et juge tous les joueurs sans tenir compte de leur poste, de leurs antécédents, de leurs équipes et du calendrier qui va avec, Carlos Henrique ne peut pas être suspendu pour les mêmes motifs que Mickaël Landreau.

Mais peut-être existe-t-il une justice à 2 vitesses, qui condamne les joueurs dits « rugueux » et laisse les joueurs « gentils et avec une bonne mentalité » non sanctionnés ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s