L’agent, ce fléau du football

Aujourd’hui, l’Équipe publie sur son site web une interview de Romain Alessandrini. Le milieu de terrain Rennais estime que les dirigeants Bretons l’ont « pris pour un con et baladé pendant 3 mois. » La cause de cet état d’âme ? Un transfert avorté vers Marseille et une revalorisation salariale qui tarde à lui être proposée. Il estime donc avoir été floué et ne semble plus avoir envie de se battre pour les Rouge et Noir.

À cet instant, rappelons que le garçon évoluait, en 2011-2012, au Clermont Foot, donc en Ligue 2 et qu’il s’est blessé après 6 mois de championnat jusqu’à la fin de la saison 2012-2013.

Plus au Nord, Florian Thauvin, qui avait signé au LOSC dès janvier avant d’être prêté à Bastia pour terminer l’exercice, a obtenu gain de cause en étant transféré à Marseille sans avoir porté les couleurs du club Lillois. Il faut dire qu’il a su se montrer convaincant, notamment en séchant les entraînements et en réclamant une augmentation de salaire, à la suite du titre mondial obtenu avec les U20. Florian Thauvin, ou comment passer de Héros à Paria en l’espace de 3 semaines.

Thauvin n’aura porté le maillot du LOSC qu’une seule fois. Pour la photo.

Les exemples de joueurs qui partent au clash sont nombreux : Cabaye à Newcastle, Roux à Brest (lorsque Schalke 04 lui témoignait de l’intérêt), j’en passe et des meilleurs.

Mais sont-ils seuls responsables de ces situations ?

Dans le cas de Thauvin, on a beaucoup évoqué le rôle de « Tonton Adil », boucher de son état et qui passe ses diplômes pour devenir agent de joueur. Très probablement avec Christophe Rocancourt, escroc notoire.

Romain Alessandrini n’en parle pas dans son interview, mais bien souvent, les propositions de contrat (prolongation, revalorisation) transitent via l’agent du joueur.

Et celui-ci peut très bien manipuler les informations dont il dispose pour parvenir à servir les intérêts du joueur qu’il représente… ou les siens personnels.

Les agents sont commissionnés sur les transferts. Leur intérêt réside donc dans le fait que leur poulain soit transféré le plus souvent possible au prix le plus important possible. Pour plus d’explications précises sur le rôle des agents (et certaines de leurs méthodes), je vous conseille l’excellent bouquin La Face Cachée du Foot Business.

Dans tous les cas, ceux-ci peuvent « conseiller » à leurs joueurs de sécher les entraînements, refuser d’arborer les sponsors du club, esquiver les conférences de presse dans l’optique d’obtenir un meilleur salaire ou une mutation vers un club plus huppé. Et tant pis si le joueur fait un flop.

Et au cours de son Histoire, l’Olympique de Marseille a fait des joueurs transférés à prix d’Or et qui ne confirment pas derrière, une marque de fabrique. Bisou Florian Thauvin.

Pour conclure, je voudrais faire un Big Up à l’agent de Gareth Bale. Placer un Gallois qui court vite et tout droit à 100 millions d’euros, il est sacrément balèze…

Publicités

La vie sans Gouffran

Annoncé comme une mauvaise opération sportive pour les Girondins, le départ de Yoan Gouffran était une nécessité financière pour le club. L’attaquant, auteur de 12 buts toutes compétitions confondues, s’est exilé vers le Nord de l’Angleterre et le club de Newcastle.

Son départ, conjugué à celui du Brésilien Jussiê, prêté au Qatar, a été vécu comme un affaiblissement de l’équipe aux yeux de nombreux supporters.

L’arrivée de Rolan, jeune Uruguayen de 19 ans que personne ne connaît réellement, ressemble à un vrai pari tenté par les dirigeants Girondins.

Mais force est de constater que, depuis ce transfert, les Bordelais enchaînent les bons résultats. 3 victoires consécutives, « sans attaquant véritable » aux dires de tous, face à Moulins en Coupe de France, à Nice et face à Valenciennes. On ne parlera toutefois pas de la manière, certains succès ayant été obtenus dans la douleur.

David Bellion, nouvelle arme offensive des Girondins ou pétard mouillé ?

Mieux, les Bordelais ont inscrits 5 buts sur ces 3 matches, eux qui restaient sur une défaite à domicile face au PSG.

Et si le départ de Yoan Gouffran était l’électrochoc dont avaient besoin les Marine et Blanc ? Certains joueurs, comme David Bellion, ont du être alignés faute de mieux. Et se révèlent plutôt efficace.

Sur Twitter, je m’étais moqué du manque d’ambition des Girondins en tweetant :

On attend avec impatience le communiqué de JeanWii pour nous annoncer que c’est David Bellion qui va remplacer Yoan Gouffran… #FCGB

— Mathieu Blaize (@matblaize) 22 janvier 2013

L’ancien attaquant de Manchester United me fait mentir car, après 3 matches de suite, il a tout de même inscrit son 3ème but de la saison face à Valenciennes, dont 2 sur ces 3 matches. Et a mis fin à 3 ans de disette en championnat.

Il faudra bien sûr confirmer sur les 25 derniers matches et l’effectif semble assez limité pour pouvoir tenir la Coupe de France, l’Europa League et le championnat jusqu’au mois de mai.

Mais au soir de la 23ème journée, il permet aux Bordelais de pointer à la 4ème place, inespérée si on se fie aux cris de cassandre des différents « spécialistes » des plateaux télé.

Pour leur répondre, je me contenterai de leur dire « qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ! »